Les genêts

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
www.pgiroud.fr

Des touffes d’or partout, partout disséminées
Dans la campagne grise et le moindre pierrier :
La garrigue en Provence est tout illuminée
Par les feux jaune vif des buissons de genêts.

Fi de la sécheresse et des sols délavés !
Ils n’aiment pas le gras des labours ni les bois,
Et colonisent tout, explosant quelquefois
Sur des sols improbables, des lieux désolés

Barbouillés de soleil. Indomptables, costauds,
Ils sont les tout premiers messagers du printemps ;
Et même quand il pleut ils chantent le beau temps,
Peignant sous le ciel gris de somptueux tableaux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire