Un printemps incolore

L’aube est tellement grise et le ciel si blafard
Que chacun s’interroge. Sommes-nous en Provence ?
Où sont ces couleurs drues marquées par cette outrance
Coutumière chez nous ? De grands pans de brouillard

Flottent sur le jardin en s’agrippant aux branches
Osseuses et tordues des arbres encor nus.
Le mistral n’est plus guère qu’un souffle ténu,
Comme si ce temps mou sous ce ciel gris qui flanche

Avait anéanti sa vigoureuse ardeur.
Je déteste vraiment cette triste grisaille !
J’aimerais mieux la pluie, préférant sa mitraille
Habituelle ici à la morne torpeur

Qui a tout envahi jusqu’au cœur du village.
Mais pourquoi cette brume ? Sommes-nous au printemps,
En automne, en hiver ? Et pourquoi donc le temps
Dépose-t-il sur tout cet inquiétant nuage

Déformant chaque chose en gommant ses contours ?
Oh oui, décidément, ce printemps est bizarre
Bien qu’hélas ! de nos jours il ne soit plus si rare
D’assister stupéfait à ce curieux parcours

Des saisons disjonctant de plus en plus souvent.
Comme pour tout, c’est vrai, rien n’est plus comme avant...

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *