L’émeute

On a vraiment eu peur. Et bien des Marseillais
Ont très vite compris à quel point ils aimaient
Leur cité renommée pourtant imprévisible.
Mais jamais à ce point, c’était indescriptible :

Des bandes de minots descendus vers la ville
Et y saccageant tout, soudain barbarisés,
Visaient n’importe qui, des gens terrorisés
Face à tant de rancoeur idiote et incivile !

L’on savait que Marseille était souvent blâmé
Pour sa légèreté et même son désordre.
Mais se voir tout à coup confrontés à des hordes
De gamins indomptés ne nous avait jamais

Inquiétés. Impossible ! On pensait que leur mère,
La Méditerranée, suffisait à leurs jeux.
Ou même le football. Mais c’était bien trop peu
Pour tous ces petits loups à la rancune amère

N’attendant qu’un prétexte ou un moindre signal
Pour venir tout casser au cœur de cette ville
Les regardant de haut. Du moins le croyaient-ils !
Et se pensant lésés, il leur semblait normal

De piller, de casser, de torturer Marseille.
Aujourd’hui, c’est fini, mais pour combien de temps ?
La ville abasourdie y pensera longtemps,
Cette ville frivole et qu’un rien ensoleille…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à L’émeute

  1. Miatto Germaine dit :

    Et bien là chère Vette, vous lisant ce matin,
    Je ne fus point surprise, je vous connais si bien.
    Vous criez la révolte que je ressens moi-même.
    Comment est-il possible que d’un coup se déchaine

    Sur nos plus belles villes des hordes d’agités,
    Qui sont sans foi ni loi, ils veulent exister !
    En prenant en otage notre population,
    C’est notre Cher Pays qu’ils ont mis en haillons.

    Mon cœur est en morceaux, je brûle de colère
    Devant tous ces saccages, de vrais flash-back de guerre.
    Pourquoi tant de rancœur, pourquoi cette violence,
    Ces jeunes seraient-ils des “Néron” en puissance ?

    Je crois que nous avons la même approche de ce que veulent dire les mots “civisme” et “respect”…

  2. Bravo, Germaine ! Quel talent ! Et ravie de voir que nous sommes tout à fait en symbiose…

  3. Armand Lachézine dit :

    LaPerle du Gâtinais

    Ils ont saccagé Montargis / Le soir d’une rage imbécile / Brûlant au centre de la ville / Un de ses plus nobles logis.
    Et puis ils en sont repartis / Après avoir vidé leur haine / Puisque Montargis la sereine / Les avait si bien accueillis.
    Les eaux du Loing, du Vernisson / N’en sont pas encor revenues / Jamais elles n’avaient connu / De leurs enfants la trahison.
    Pour ces barbares le chichon / A plus d’attraits que la prâline / Et l’amertume qui les mine / Est une offense à la raison.
    Ils ont commis l’irréparable / Par bêtise ou bien par dépit / Avec un fond de jalousie / Désespérée mais détestable…

    Armand Lachézine.
    ( qui, avec Vette de Fonclare, partage les bonheurs de la rime et lui offre un extrait de son derneir recueil intitulé ” Cendres “.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.