Première neige sur le Brec

Le Brec de Chambeyron est encapuchonné
D’un lourd bonnet tout blanc. Les rochers festonnés
Ont perdu leur aspect ténébreux et austère
Tant la première neige émet une lumière

Aussi dorée que crue sous le soleil ardent.
La montagne renflée n’est plus aussi sévère
Car ses angles gommés, ses terrifiantes pierres
Maintenant arrondies en ont perdu leurs dents.

Les flocons étoilés continuant leur danse
Valsent sous le ciel bleu tels de joyeux lutins.
Ils montent, viennent, vont en un ballet mutin,
Cabriolant partout, puis font la révérence

Avant de s’amasser sur les versants pentus.
Un petit cône blanc sur le haut des mélèzes
Tempère un peu leur morgue. Ils ont l’air mal à l’aise
Ainsi mal chapeautés alors qu’ils sont si nus.

La montagne est jolie avec cet édredon
Qui gonfle lentement jusqu’au bord du Verdon.
Le ciel est bleu marine et la neige ensoleille
Le paysage noir que le froid ensommeille.

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *