L’apaisante

La Méditerranée scintille sous le ciel
Et Marseille ébloui par ces feux qui clignotent
En semble transformé, d’autant qu’un arc-en-ciel
Vient aussi de fleurir. Merveilleux antidote

A la tristesse ambiante assombrissant la ville !
Car ce début d’année est triste à en mourir,
Et nul vivant ici ne s’y sent plus tranquille
Tant Marseille se croit dépourvu d’avenir.

Mais il y a la mer, sa beauté immuable
Qui apaise le cœur de tant de Marseillais.
Il y a le roulis, et puis aussi ces diables
De flots si pétillants qu’ils semblent grésiller

Sous l’étrange lumière à l’étrange beauté
D’un rai de soleil blond qui transperce le tulle
Des nuages souillés par l’air de la cité.
Pour un instant magique on est dans une bulle

De clarté orangée née de la mer qui danse.
Notre cœur bien trop lourd peu à peu se détend.
Le tapis lumineux est maintenant si dense
Que Marseille aveuglé en oublie ses tourments.

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à L’apaisante

  1. Miatto dit :

    Bonjour Vette,
    En tout premier lieu je vous présente mes vœux pour cette nouvelle année, qu’elle puisse vous être la plus douce possible pour vous et ceux que vous aimez.
    Voyez-vous chère Vette vous êtes comme cette Méditerranée que vous aimez tant, apaisante, lorsque l’on vous lit…
    Merci !

  2. Merci de tout mon coeur, et bonne année… tardive ! Mais je suis sûre que vous me pardonnez ?

  3. Miatto Germaine dit :

    Bonjour Vette,
    Je vois que vous me connaissez ! Bien évidemment que je n’ai pas un quelconque ressentiment, comment le pourrais-je, vous qui m’avez encouragée dès nos premiers échanges et merci tout de même pour votre gentille réponse !
    Bonne journée,
    Germaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *