La maison biscornue

La maison biscornue en haut de la colline
Ressemble à un mirage. Elle a bien triste mine
Avec son toit bossu ; n’est jamais visitée ;
Sa porte bat au vent et on la dit hantée.

Se pourrait-il qu’un jour elle ait été vivante,
Avec des habitants ? Et son vieux toit en pente
A-t-il été frôlé par une gaie fumée
Prouvant à Enchastrayes qu’elle fut animée

Par la vie et l’amour ? Ce n’est pas une ruine,
Mais ses murs sont fanés. Elle a bien triste mine,
Et son toit cabossé est couvert d’une mousse
Aux longs filament verts que le mistral retrousse

Avec ses méchants doigts  dès que l’hiver s’en vient.
Il la secoue souvent, mais la maison tient bien,
Accrochée au talus comme barque à son ancre.
Sur ses vitres obscures des sortes de chancres

Sont collés comme s’ils voulaient la dégrader
Juste encore un peu plus. Hideux à regarder…
Mais un jour de printemps s’en vint une famille
Qui s’était échappée d’un pays en bisbille

Où la guerre grondait, et la nuit, et le jour.
Ils virent la maison et se prirent d’amour
Pour ses vieux murs salis et son toit biscornu.
Le plus solide abri qu’ils aient jamais connus !

Lors ils s’y mirent tous, même le plus petit,
Et en un rien de temps, de la vallée l’on vit
Là-haut sur la colline une fière bastide
Qui jamais, non jamais, ne reviendrait au Vide,

Reconstruite à jamais pour la vie et l’amour.
La famille d’émigrants y restera toujours,
La maison biscornue est maintenant bien droite,
Avec des carreaux clairs où le bonheur miroite.

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Amours, Chez nous, Contes, La Haute Provence, La Provence au coeur, Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *