La vigne rouge

Poème inspiré par :

Lisa Corbière
www.fr.carredartistes.com

La pierraille est cachée par de l’or fauve en lignes,
Sol gris et asséché où les pieds de la vigne
S’embrasent de soleil sous le ciel tourmenté
Par le chambardement de la fin de l’été.

La campagne flamboie, brasier bien ordonné
De ceps débarrassés de leur grappes gonflées
De tout le suc ambré et poisseux du mois d’août.
Les pampres sont en feu et le temps est très doux.

Nul peintre n’oserait user de ces couleurs
Pour ainsi barioler la Nature, de peur
De passer pour un fou empli d’outrecuidance.
Mais la vigne rutile avec grandiloquence,

Parée d’un rouge ardent qui pétille au soleil.
Les feuilles sont bien drues et leur rouge vermeil
Cligne sur les côteaux autour de Valréas.
Il y a tout là-haut un vol de grues qui passe.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire