La première cigale

Poème illustré par :

Dubois-Gérard
www.dubois-gerard.com

La voici donc enfin, la première cigale !
Un gros insecte gris… ou marron ? Marron-gris ?
Presqu’invisible sur l’écorce du platane,
Vraiment très mal fichue et pas du tout jolie !

Il faut s’exorbiter les yeux à la chercher
Tant elle est terne, éteinte. Une grosse brindille
Qui se fond sur le tronc du pin tout craquelé
Par ces étés déments, et qui tant s’égosille

Qu’elle nous mène à elle à force de chanter.
Tu cesses sur le champ quand tu sens notre approche,
Mais l’on t’a déjà vu, petit chantre enchanté !
Grisailleux homoptère émouvant et si moche,

Comment peux-tu donc croire qu’on pourrait te tuer ?
Car tu es le symbole et l’éternel retour
De l’été brasillant que tu fais grésiller.
Vilain insecte gris, tu nous reviens toujours…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire