La première cigale

Poème illustré par :

Dubois-Gérard
www.dubois-gerard.com

La voici donc enfin, la première cigale !
Un gros insecte gris… ou marron ? Marron-gris ?
Presqu’invisible sur l’écorce du platane,
Vraiment très mal fichue et pas du tout jolie !

Il faut s’exorbiter les yeux à la chercher
Tant elle est terne, éteinte. Une grosse brindille
Qui se fond sur le tronc du pin tout craquelé
Par ces étés déments, et qui tant s’égosille

Qu’elle nous mène à elle à force de chanter.
Tu cesses sur le champ quand tu sens notre approche,
Mais l’on t’a déjà vu, petit chantre enchanté !
Grisailleux homoptère émouvant et si moche,

Comment peux-tu donc croire qu’on pourrait te tuer ?
Car tu es le symbole et l’éternel retour
De l’été brasillant que tu fais grésiller.
Vilain insecte gris, tu nous reviens toujours…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.