La gloire des coquelicots

champs-de-coquelicots

Un prodige inouï illumine le soir :
C’est un champ qui rutile, éclaboussé d’or rouge,
Où des coquelicots à l’incarnat pouvoir
Semblent prendre d’assaut l’horizon roux qui bouge.

La pente est envahie par des millions de fleurs
Frémissant doucement dans la brise d’été ;
Et l’on n’y perçoit plus qu’une unique couleur :
Ce rouge éblouissant des plantes entêtées

Qui ont tout recouvert de leur beauté fragile.
Que va-t-il en rester d’ici à quelques jours ?
Le mistral n’est pas loin, et de ses doigts agiles
Il s’en va effeuiller leurs ailes de velours.

Mais ils semblent costauds, assemblés en troupeau
De grandes fleurs des champs cramoisies comme sang,
Aptes à résister. A tout. Coquelicots
Forts d’une vie féroce et rouge, intensément…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à La gloire des coquelicots

  1. Eric dit :

    Vraiment très beau poème. vous avez réussi a me faire voir toute sorte d’image et sentir l’émotion.

  2. Bruni dit :

    Magnifique comme toujours Vette ! J’aime ta façon de décrire ces fleurs ! ♥

  3. Merci, les deux Eric
    Je commence à me dire que les coquelicots sont sans doute mes fleurs préférées ! Il m’en aura fallu, du temps, pour m’en rendre compte…

  4. Je suis très émue à la lecture de ce merveilleux poème. Quel bel hommage aux coquelicots…. ma fleur préférée.Un petit coucou de Belgique!

  5. Sur le même sujet, j’ai également écrit  » le vol de coquelicots » et  » les coquelicots »
    Merci, et bonjour à mes amis belges
    Vette

Laisser un commentaire