Gassin

Poème illustré par un tableau de :

Georges Flanet
www.georges-flanet.fr

Le village est perché en haut d’un promontoire.
Passages, huis très vieux, venelles escarpées…
On arpente Gassin sans jamais se lasser :
Tout est enchantement et tout y est à voir !

Quand on arrive enfin Terrasse des Remparts,
On a le coeur qui bat, mais de ravissement :
Les Iles d’Or, la mer qui bouge en pétillant,
Et tout là-bas les Alpes captant le regard,

Les Maures au lointain : panoramique tel
Qu’on se sent tout ému face à tant de beauté…
Et puis on redescend, les yeux émerveillés,
Parcourant à nouveau placettes et ruelles

Dont la rue …« Rompe Cuou » ! Mais soudain l’on s’arrête :
Rue d’un mètre, à peu près ? On est à l’Androuno* :
Un mètre ! Pas partout… Rue interdite aux gros,
La rue la plus étroit(e) de toute la planète !

*Rue où l’on ne peut passer qu’un seul à la fois !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire