Gassin

Poème illustré par un tableau de :

Georges Flanet
www.georges-flanet.fr

Le village est perché en haut d’un promontoire.
Passages, huis très vieux, venelles escarpées…
On arpente Gassin sans jamais se lasser :
Tout est enchantement et tout y est à voir !

Quand on arrive enfin Terrasse des Remparts,
On a le coeur qui bat, mais de ravissement :
Les Iles d’Or, la mer qui bouge en pétillant,
Et tout là-bas les Alpes captant le regard,

Les Maures au lointain : panoramique tel
Qu’on se sent tout ému face à tant de beauté…
Et puis on redescend, les yeux émerveillés,
Parcourant à nouveau placettes et ruelles

Dont la rue …« Rompe Cuou » ! Mais soudain l’on s’arrête :
Rue d’un mètre, à peu près ? On est à l’Androuno* :
Un mètre ! Pas partout… Rue interdite aux gros,
La rue la plus étroit(e) de toute la planète !

*Rue où l’on ne peut passer qu’un seul à la fois !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.