Amitié

Il y a quinze jours une amie m’a offert
Un gros bouquet de fleurs ; ce sont des anémones
De toutes les couleurs  qui teintent l’air atone :
Une explosion de joie à la fin de l’hiver !

Je n’y ai pas touché et reste stupéfaite ;
Il y a quinze jours ? Elles sont toujours là
Avec cette fraîcheur qui ne se dément pas ;
C’est un petit miracle et une grande fête

Pour l’esprit esbaubi qui n’y comprend plus rien :
Car comment cette gerbe est-elle encore en vie ?
Quelle force la garde du Temps qui jaunit
Toute fleur tôt coupée ? Quel génie la maintient ?

Pas un pétale à terre, et les fleurs qui rutilent
Semblent cueillies d’hier ! Qui les a donc gardées
De la décrépitude ? Est-ce notre amitié
Qui les soutient ainsi ? Mais mon coeur qui jubile

Décide tout à coup de ne plus y penser.
Les fleurs sont là, jolies, et elles sentent bon
En ce début d’avril qui brille sur Aurons.
Oublions pour un temps leur excentricité…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.