Altercation

 

Poème illustré par : 

Claude-Max Lochu
www.lochu.com

L’un est passé au vert et l’autre au rouge clair :
C’est ainsi qu’on conduit dans les rues de Marseille !
L’un d’eux avait raison et sa juste colère
Coquericocotait et vrillait les oreilles

Des badauds accourus pour jouir du spectacle.
Mais jamais le chauffard n’avouerait – non jamais !
Qu’il était dans son tort. Comment un tel obstacle
Avait-il ainsi pu s’en venir le heurter ?

Son énorme béhème avait un gros coquard,
L’autre un plus gros encor. Chacun s’égosillait,
Reprochant à autrui son probable retard,
Qui pour un rendez-vous et qui pour travailler !

Le ton montait, montait : des jurons, des injures
Ponctués de soupirs et tout ensoleillés
Par l’accent du Midi, le plus beau, le plus pur :
La quintessence même de l’accent Marseillais !

Puis ils se sont calmés, soudain raccommodés
Comme par un miracle. Au moins en apparence …
Ils ont baissé le ton car un flic approchait,
Mais tout s’est terminé par une contredanse !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.