Quatre ans

Dans le jardin tout neuf rajeuni par Avril
Piaillent à qui mieux mieux de bien curieux oiseaux :
Une bande d’enfants gais comme des moineaux
S’y ébattent en rond, et leur joyeux babil

Est comme un carillon fait de chants et de cris ;
Car Clément a quatre ans : on va faire la fête,
Danser, hurler, tourner à en perdre la tête
Et tant se déchaîner qu’on aura le tournis.

Le sol un peu spongieux sous les pieds des enfants
Est tout gorgé de sève et de graines nouvelles
Qui vont germer demain. Gamins et jouvencelles
Sans souci des dégats les piétinent gaiement.

C’est la fête aujourd’hui, la fête du printemps,
La fête des petits, celle du renouveau.
Quatre jolies bougies brûlent sur le gâteau,
Le gâteau savoureux des quatre ans de Clément.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire