Le meeting du Prado

David n’en revient pas : le Prado est bloqué
Du haut jusques en bas ! Tout un flot d’excités,
Drapeau rouge à la main, déferlent dans la rue
Et l’on est sidérés : jamais l’on n’avait vu

Autant de Marseillais assemblés sur la plage !
Et pas pour se baigner, comme c’en est l’usage,
Mais pour venir ouïr le discours enflammé
D’un homme de Paris qui les a subjugués.

Il rugit et il jure, il éructe et il tonne,
Prédisant le beau temps après tous ces automnes
Où la France a fléchi sous le poids de ses dettes ;
Il leur promet à tous d’être un vrai trouble-fête

Et un vrai justicier. Tout le monde est ravi,
D’autant plus qu’on sait bien, comme on le dit ici,
Que promesse engagée ne mange pas de pain.
On hurle donc de joie, acclamant le tribun

Qui se voit arrivé au sommet de sa gloire
Et croit sans en démordre en sa proche victoire…
Puis la foule enchantée repart de bonne humeur :
Ce fut un bon moment qui réchauffa les coeurs,

Même si l’on sait bien que c’est vraiment facile
De promettre et promettre… Et peu à peu la ville
Retrouve son train-train, avec tous les soucis
Troublant son quotidien et émaillant sa vi

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire