La dernière croisière

Poème illustré par un tableau de :

Claude Théberge
www.claudethéberge.com

Nous allons partir tous les deux,
Naviguant vers un monde bleu,
Un univers inappréciable…
Au fond de la mer insondable

Flottent des voiles de couleur ;
Des poissons en forme de fleur
Viennent affleurer la surface.
Tu en as l’ineffable grâce

Et la souplesse déliée…
Embarque donc, ma bien-aimée ;
Pauvre petit être aux abois,
Viens te serrer tout contre moi ;

Nous allons partir tout là-bas,
Vers l’autre rive où il n’y a
Que des rêves et des chimères :
Le monde irisé de la mer.

Pourquoi attendre et qu’espérer ?
La brise en Méditerranée
Fait voguer les barques fragiles
Et favorise les idylles

Comme la nôtre. N’aie plus peur :
La maladie fit une erreur
En décidant de t’emporter !
Mais nous allons la devancer

En partant pour ce long voyage.
Anticiper est bien plus sage…
Partons donc pour cette croisière
D’au delà du confin des terres

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.