La chasse

Poème illustré par un tableau de :

Slawomir Bzdziuch
www.pl.touchofart.eu

Ca sent encor très bon au creux de la colline :
La lavande, le thym … Et l’aube est cristalline
Avec juste un frisson de vent qui va et vient.
Tout est clair et léger dans le petit matin.

Mais il y a pourtant comme une sourde angoisse
Sur le maquis trop sec, un silence qui poisse
L’air encor un peu frais d’un reste bleu de nuit.
Tout y est attentif, il n’y a pas un bruit.

La vie semble en suspens, et il va faire chaud.
Plus un seul crissement ni un seul cri d’oiseau,
Plus de palpitation ni de formes qui bougent
Tout au fond des taillis piquetés de baies rouges.

C’est un jour comme un autre au début de l’automne,
Un jour un peu languide avec des reflets jaunes
Pétillant sur la lande étonnamment déserte.
La Mort est à l’affût car la chasse est ouverte.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire