Chance !

Je vais pouvoir partir sans soucis en vacances
Car en flânant sans but dès l’aube ce matin
J’ai trouvé par le biais d’une incroyable chance
Un trèfle à quatre feuilles sur le bord du chemin.

Rien ne peut m’arriver, ni ennui, ni épreuve !
Sur chacune des feuilles une goutte d’argent :
Des perles de rosée encore toutes neuves.
Les longues tiges bleues ondulent dans le vent,

Le vent de l’été blanc qu’on dirait en cavale
Et qui fait sinuer l’herbe encor drue du pré.
Mais quelque chose y brille : c’est un fer à cheval !
Et une coccinelle se pose sur mon nez …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire