Ouf !

Illustré par :

Didier Léveillé
www.didier-leveille.zevillage.org

Le coq a disparu, la volaille respire ;
On va goûter au calme, à la sieste, au repos,
Sans être importuné par ce maudit lourdaud
Dont l’absence ne vaut même pas un soupir !

Parti tôt ce matin pour le marché d’Allauch,
Antonin va le vendre : il était trop pénible
A toujours pourchasser les poulettes paisibles
Avec son arrogance et ses cocoricos !

Comme tout est tranquille ! Et il fait presque frais
Dans le mas endormi au soleil de midi.
La campagne ronronne et le chat assoupi
Surveille en tapinois l’entrée du poulailler.

Quand soudain : la cata ! Le coq est revenu !
L’Antonin au grand coeur n’a pas pu supporter
L’abominable idée qu’il puisse être mangé !
Et le fier volatile a repris son chahut…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.