Octobre en Camargue

Poème illustré par :

Maxime Bochet
http://www.mbochet.com

Virevoltent les feuilles : le temps est si doux
Qu’elles planent, dansant un très lent guilledou
Sur le canal qui mène au bout du chemin
Vers la mer s’étalant en somptueux satin.

Veloutée par l’aurore et fripée par le vent,
Toute frisélisée sur ses sables mouvants,
La Camargue en octobre, couleur caramel,
Mêle ses eaux de bronze à l’infini du ciel.

Elle clapote un peu, et la boue rougeoyante
Gonfle en bulles d’argent sous les ondes stagnantes.
L’automne traîne un peu sur la Camargue éteinte,
Semblable sous le vent à une toile peinte.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire