Mamours

Quelquefois dans la nuit je m’éveille en sursaut :
Une tendre caresse a effleuré ma joue
Et un ronron vibrant, assourdi et très doux
Vrombit dans mon oreille ; puis il passe à l’assaut…

Je râle un petit peu mais c’est pour le principe.
Des vibrisses aigües me chatouillent le cou,
Des pattes de velours frappent à petits coups
Mon front et mon visage ! Tu es un sale type,

Mon minet de velours, mon joli petit bougre
Trouvé un beau matin non loin d’Aix en Provence
Sur le bord de la 7 ! Ce fut un coup de chance
De s’être ainsi aimés en un grand coup de foudre !

Tu m’apportes beaucoup ; tu es vif et galope
Partout dans la maison, éclair de fantaisie.
D’où viens-tu ? Qui es-tu ? Et que fut donc ta vie
Avant qu’on te remarque et qu’on te prenne en stop ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.