Outrance

Poème illustré par :

Jack Fournier
http://www.encadreurdart.com

Provence rude et blanche à la lumière immense,
Tu fais ciller les yeux à force de clarté !
Ton ciel est ciselé par un bleu si intense
Qu’il ne peut être ailleurs aussi démesuré.

Dès qu’un voile léger le trouble quelque peu,
Le mistral accouru souffle pour le chasser
Loin de ton horizon vers des confins brumeux.
Un mistral en furie, sec et immodéré !

Le soleil qui dévore ta terre assoiffée
Abrutit de lumière ta garrigue ambrée.
Ta lumière est si drue que le jour est pesant

Tant son omniprésence est parfois sulfureuse ;
Elle fait du Midi un univers violent
Où même l’ombre bleue  peut être lumineuse.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire