Les longs jours

Poème illustré par un tableau de :

Christian Cacaly
www.http://artquid.fr

Il est vraiment très tôt quand le soleil pénètre
Au coeur de la maison. C’est bon d’être effleuré
Par ses rais déjà chauds qui viennent s’immiscer
Dès le petit matin à travers la fenêtre

Aux volets entr’ouverts. Il faut en profiter :
Les journées sont sans fin, on ne peut plus dormir
Mais l’on en est heureux. Et le soir c’est bien pire
Car il est impossible d’aller se coucher

Tant la lumière est belle. Au couchant le ciel roux
Semble ne plus s’éteindre ; et le grand astre d’or
Encor tranquille et quiet ne s’éteint et s’endort
Qu’aux entours de dix heures. Il fait alors très doux ;

La Provence alanguie peut se laisser aller
Sous les étoiles bleues clignant tout doucement…
Que ces longs jours sont bons : on en a pour longtemps
Puisqu’on n’en est encor qu’au début de l’été !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire