Les feuilles

 

Légères barques si fragiles
Sous le souffle du vent chantant,
Elles vont, viennent et vacillent
Dans un léger balancement.

Les feuilles dorées se faufilent
Dans la lumière du Couchant.
Elles vont, viennent et oscillent.
Au loin l’orage va roulant.

Il vient de déverser des trombes
Et l’étang fut presque leur tombe
Sous les éléments déchaînés.

Mais elles vont et dodelinent
Sur l’eau juste un peu friselée
Par une averse cristalline.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire