Les étoiles de Saint Vincent

C’est après une pluie de curieux météores
Que l’orfèvre Vincent trouva de jolies pierres : (1)
Des étoiles de roche, une aubaine, un trésor !
Aux environs de Digne, épandus sur la terre,

C’étaient de vrais bijoux finement ciselés !
Puis il devint évêque… Un jour une donzelle
S’en vint le supplier : son jeune fiancé,
Emprisonné forclos par le sieur de Niozelles

Qui réclamait rançon, ne le pouvait payer :
Un tribut bien trop lourd pour les deux jeunes gens !
Assemblant ses étoil(es), Vincent fit un collier,
Qu’il s’empressa d’offrir à la femme de Jean

N’en croyant pas ses yeux : c’était une merveille !
Les étoiles serties dans l’or et dans l’argent
Faisaient de ce sautoir un bijou sans pareil !
Le seigneur l’accepta, on libéra l’amant…

(1) En réalité, c’étaient des pentacrines, c’est à dire des fossiles marins !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.