Les étoiles de Saint Vincent

C’est après une pluie de curieux météores
Que l’orfèvre Vincent trouva de jolies pierres : (1)
Des étoiles de roche, une aubaine, un trésor !
Aux environs de Digne, épandus sur la terre,

C’étaient de vrais bijoux finement ciselés !
Puis il devint évêque… Un jour une donzelle
S’en vint le supplier : son jeune fiancé,
Emprisonné forclos par le sieur de Niozelles

Qui réclamait rançon, ne le pouvait payer :
Un tribut bien trop lourd pour les deux jeunes gens !
Assemblant ses étoil(es), Vincent fit un collier,
Qu’il s’empressa d’offrir à la femme de Jean

N’en croyant pas ses yeux : c’était une merveille !
Les étoiles serties dans l’or et dans l’argent
Faisaient de ce sautoir un bijou sans pareil !
Le seigneur l’accepta, on libéra l’amant…

(1) En réalité, c’étaient des pentacrines, c’est à dire des fossiles marins !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire