Les bagues d’aïe

Poème illustré par un tableau de :

Philippe Paquet
www.expo.artactif.com

A Beaucaire autrefois les amoureux offraient
A l’élue de leur coeur une bague de verre ;
Pauvres petits anneaux fragiles, surmontés
D’une souris carmin ! Un cadeau de misère

Pour dire à la donzelle que, si on l’aimait,
On savait que l’amour était chose fragile.
La souris était preuve de timidité,
Mais les pauvres benêts croyaient en leur idylle !

Au bout de quelque temps la bague se brisait,
Arrachant à l’élue un hoquet de douleur :
« Bague d’aïe », disait-on. L’anneau avait cédé ;
L’amour venait encor de fracasser un coeur…

Poème dédié à la ville de Beaucaire

Vander Putten Colette-Marie a ecrit :
très joli poème, mais trouve-t-on encore des bagues d’aïe – Merci

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les bagues d’aïe

  1. Vette dit :

    Je ne pense pas qu’il y en ait encore ( trop fragiles ? ) Mais ne savez-vous pas que de nos jours, l’amour est éternel ? ( Hum ! )
    Bien amicalement

  2. FLH dit :

    Elle existe encore. J’en ai vu pas plus tard que vendredi dernier à Marseille, au magasin Maison Empereur, et la vendeuse m’a raconté leur histoire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.