Le vent mauvais

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Honnoré
www.honnore-peintre.com

Quand souffle sur la ville un petit vent mauvais,
Un vent malodorant empreint de racontars,
De on-dit stupéfiants qui semblent canulars
Tant ils sont immoraux, on se sent écoeuré :

Comment pourra-t-on dire qu’on est Marseillais ?
Et c’est encore pis quand les cancans s’avèrent
Absolument réels ! Indignation sévère
Pour qui aime Marseille et ses nombreux attraits !

Le flux n’arrête pas : nouveaux scandales, grèves,
Chantages menaçants et combinaisons louches…
On peut vous en conter, des milliers, à la louche,
Qui éclaboussent tout, resurgissant sans trêve…

Impression de dégoût ! C’est sûr : on va partir…
Et puis le printemps vient ; le soleil peint en bleu
Les petits ports dorés par un ciel lumineux.
L’on est de nouveau pris… et l’on va réfléchir !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le vent mauvais

  1. Pouvez-vous modifier l’adresse de mon site Web ?
    La nouvelle adresse est : http://www.honnore-peintre.com
    Merci.

  2. Vette dit :

    C’est fait !
    Bon week-end

Laisser un commentaire