Le petit bois

Poème illustré par une aquarelle de :

Josette Mercier
www.josettemercier.ch

Il est un petit bois derrière la maison
Qui criquette en été et hulule l’hiver ;
Un petit bois de pins, d’ifs et de chênes verts ;
Un petit bois d’ici, bien sec, mais qui sent bon

La résine chauffée par les feux de l’été,
Le thym, le romarin, les herbes provençales,
Et qui craque en janvier sous le gel hivernal
Recouvrant le sol gris d’un voilage étoilé.

Au printemps, il est vrai, nous nous donnons du mal
Pour le débroussailler et le rendre impeccable
Dans la crainte angoissée d’un feu toujours probable.
Et tout ce qui y vit nous est reconnaissant :

Un énorme serpent que j’y ai vu deux fois :
Sans doute une couleuvre ! Un sanglier chenu,
Des oiseaux, des lézards, et même des tortues
Cheminant lentement qui vont  souvent  par trois ;

Des cigales, bien sûr, crissant à l’unisson
Dès que le mois de juin allonge enfin ses jours…
Un joli petit bois qui durera toujours,
Microcosme vivant, tant que nous veillerons.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire