Le mimosa

Tout au fond du jardin c’est une boule d’or
Offerte par l’hiver aux terres provençales.
Février est bien gris, il fait très froid dehors,
Mais des pompons citron narguent le grand mistral.

Il fait très froid dehors, on est en février,
Et l’on sent le parfum délicat et ténu
Que distille en douceur l’arbuste illuminé
Où le soleil tout rond semble être suspendu.

Sa fragrance est semblable à la poudre de riz
Qu’on posait autrefois sur le bout de son nez,
Distillée par les fleurs, globules canari
Explosant tous ensemble en millions de bouquets.

Car l’âme du soleil descendue sur la Terre
S’est diffractée partout en minuscules sphères.
Saupoudrés de doré et gorgés de lumière,
Ces tout petits bouquets s’en vont vaincre l’hiver.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire