Le dédale

 

 Poème illustré par :

Maria Elsner Michalska
http://ecceargo@cegetel.net

On s’est perdus dans un dédale
De venelles enchevêtrées :
Promenade matutinale
Dans un village encor très frais

Où rôdait l’ombre de la nuit
Déjà rongée par le soleil
Mais pas encor évanouie.
Le ciel était peint de vermeil

Et le décor très théâtral
Avec des façades ocrées
Aux jardinières tropicales ;
Des fleurs tombaient en espaliers

Sur des escaliers en cascades
Usés au centre par le Temps,
Et les folles dégringolades
Fantômales d’anciens enfants.

On était perdus, ça tournait
A droite, à gauche : un vrai délire
Qu’on n’osait pas trop ponctuer
Par l’éclat de notre fou-rire.

Egarés en pleine Provence
Dans un village-labyrinthe,
Et fourvoyés dans la dormance
D’un village de toile peinte !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire