La Saint-Jean

On a déjà passé le solstice d’été :
Les jours vont raccourcir ! On a le coeur serré
En pensant que le Temps inexorablement
Va de nouveau pencher vers ses excès : le vent,

Le ciel gris, les nuit longues, le froid de l’hiver…
Mais il faut l’oublier ! Une énorme lumière
Inonde le Midi et voici la Saint-Jean,
La promesse assurée des truculents moments

De ce vingt-quatre juin. On va faire les fous !
La Provence délire d’Allauch à Coudoux
Pour louer le soleil, et la nuit enfiévrée
Par les chants et l’alcool va vite s’embraser

Des grands feux allumés partout dans les villages.
En sautant par-dessus oublions d’être sages
Et jouons aux sorciers, cueillant dans les collines
Les plantes des Anciens dont les bienfaits culminent

Aux entours du solstice : herbes aromatiques
Aux vertus ancestrales et thérapeutiques
Qui embaument la terre au mitan de la nuit.
C’est la folle Saint-Jean empreinte de magie.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La Saint-Jean

  1. Eddy CHEUNG dit :

    Bonjour et bravo pour tous vos poèmes
    Vive la Provence
    Vive la poésie
    Vive la vie
    Vive Vette

  2. Vette dit :

    Et vive Eddy
    Si gentil …
    Vette

  3. Vette dit :

    Et merci d’aimer la poésie… et mes poèmes ! Ca me va droit au coeur !
    Vette

Laisser un commentaire