La plage déserte

 

Le soleil du mois d’août est si fort aujourd’hui
Que la plage est déserte, car il n’est pas un fou
Qui en s’y baladant veuille y risquer sa vie !
Seuls quelques acharnés rôtissent à feu doux

En changeant de côté comme biftecks au grill.
Le ciel blanc qui brasille est prêt à tout brûler,
Aucune précaution ne peut le juguler
Et pas un seul baigneur n’est venu de la ville !

D’habitude les bus déversent des Quartiers
Des hordes de minots se ruant sur la plage
Qui permet d’oublier ce si beau mot : « Voyage »
– Un mot très mystérieux où ils n’ont pas accès.

 Mais aujourd’hui personne : on est tout désoeuvré,
Occupé seulement à rechercher de l’ombre.
On sortira plus tard. Et plongeant dans l’eau sombre,
On s’en délectera : elle est fraîche à hurler …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.