La fête foraine

Poème illustré par un tableau de :

Louis-Clément Faller
(1819-1901)

Ca sent les chichis, la poussière,
Et la grand’place est encombrée
De manèges qui vocifèrent :
Aujourd’hui, c’est en plein été

La fête foraine au village.
Les musiques qui s’entrechoquent
Semblent toutes hurler de rage,
Mais les gens qui badent se moquent

D’avoir les oreilles blessées
Par flons-flons et cacophonie.
C’est la fête, il faut s’amuser !
Partout la joie, des jeux, des cris !

La météo est optimiste :
Pas de mistral avant trois jours
Ni quoi que ce soit de trop triste !
Du beau temps ? Ce sont donc des tours

De manège – endroit et envers –
Toujours plus forts, toujours plus fous !
Merveilleuse fête à Vauvert
Qui illumine le mois d’août !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire