Haute montagne

 

Poème illustré par un tableau de :

Peinture par Christian Guinet
www.peintre-couleur.com

Des angles pointus qui découpent
Le ciel si bleu à l’infini,
Le ciel tout bleu posé en coupe
Sur une Provence endurcie.

Des crêtes, des pics et des rocs :
Un monde dur et acéré
Qui parfois halète et suffoque
Entre les dents d’un bel été,

Ou bien qui se recroqueville
Sous les morsures de l’hiver
Et la bise bleue qui tourbille
Au plus profond des fondrières.

Un monde froid , un monde aigu
Et parfois glacé jusqu’au coeur,
Un monde somptueux et nu
Où même les rochers se meurent.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire