Falaises provencales

Poème illustré par :

Gilbert Thomas
www.gilbthomas.blogspot.com

Les rochers sont si clairs sous le grand soleil-lion
Qu’ils semblent enneigés. L’air brûlant est très pur ;
La falaise scintille ; il y a des millions
D’étoiles calcifiées qui  brillent sur son mur

Dressé sur l’horizon. Les yeux clignent, blessés
Par l’exagération de la lumière blanche
Exacerbant encor la folie de l’été.
La lumière est d’argent et le grand ciel qui penche

Est posé comme un voile au-dessus de Rousset.
Il est si clair, si bleu, tellement transparent
Qu’il paraît infini, infiniment léger,
Eraflé par le vol de vastes oiseaux blancs.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire