Effloraison

Des points sur un rameau, des points presqu’invisibles,
Infimes gonflements un petit peu moins verts
Que l’écorce fripée. Il paraît impossible
Que ces tout petits points soient les fleurs qu’on espère.

Puis les boutons boursouflent, ronds et turgescents,
Posant sur l’arbre nu des billes de velours
Craquant l’une après l’autre. Et des pointes d’argent
En jaillissent soudain, croissant de jour en jour.

L’arbre est enfin fleuri et le vieil amandier
Sent ses pétales neufs palpiter doucement,
Et puis ils se détachent, presqu’aussi légers
Que des papillons blancs dansant au gré du vent.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire