Derniers feux

Sonnet illustré par :

Trish Biddle
www.pussycatdreams.centerblog.net

En ce mois de novembre il fait encor très doux.
Le ciel est bleu layette et le jardin est roux
Sous les tout-derniers feux d’un soleil anémique ; .
Le Midi est frileux sous ses rayons obliques

Et l’aurore frisquette ; un léger voile brun
Adoucit les contours rudes de la Barben :
Le château semble étrange, aux contours estompés
Comme l’illustration d’un vieux conte de fées.

On est entre deux temps et entre deux saisons :
Il fait parfois si beau qu’on est outre raison,
Puis il pleut à torrents : une pluie si glacée

Qu’elle pique la peau de ses longs doigt pointus.
Presqu’hiver ? Presqu’automne ? On est désorienté,
Et le ciel malicieux joue à l’hurluberlu…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire