Brume matinale

Poème illustré par :

Théo Azambre
www.galerie-creation.com

La terre du sous-bois exhale des vapeurs
Dansant en voile bleu, en gaze transparente
Qui s’enroule aux troncs gris. Il est presque huit heures
Et le matin tout neuf a des senteurs de menthe.

C’est exquis de marcher ainsi dans la forêt
Où peu à peu l’automne empourpre le feuillage.
L’hiver est presque là et il fait un peu frais
Car novembre s’éteint ; il faut tourner la page !

Mais le soleil se lève et dissout lentement
Les vrilles du brouillard qui tournoie et qui danse.
Au-dessus des grands pins le ciel tout doucement

Vire au bleu délicat qu’il sait prendre en Provence
Aux entours de l’hiver. Sous nos pieds les aiguilles
Des vieux pins desséchés fleurent bon et craquillent.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire