Amour de vacances

Poème illustré par une aquarelle de :

Armand Feldmann
www.armandfeldmann.com

C’est la morne saison de bien belles amours
Et la fin de l’été. On s’était dit « Toujours ! » ;
Puis elle est repartie ; et bien seul sur la plage,
Je subis du mois d’août les énormes outrages

Du soleil, de la mer que j’aimais tant avant.
On n’est plus bien ici ; il y a trop de vent…
Je voudrais remonter vers Paris, la revoir…
Mais n’était-ce vraiment qu’un réel « Au revoir »

Que ces derniers baisers ? Et si c’était « Adieu » ?
Non, ce n’est pas fini ! Impossible… Oh ! mon Dieu,
Qu’elle ne m’oublie pas ! C’est vrai que Cavalaire
Est vraiment ravissant, ruisselant de lumière

Et du bleu transparent d’un ciel clair sans nuages.
Mais elle n’y est plus, je suis là, et j’enrage
Que mes parents s’obstin(ent) à y vouloir rester !
Moi j’attends le départ et la fin de l’été…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire