Trop tôt…

Sonnet illustré par un tableau de :

Annie Rivière
www.atelieriviere.com

Il fait tout aussi chaud qu’en plein mois de juillet
Et l’on a même atteint les trente-trois degrés !
Dame Nature est folle et nous crée des soucis
Même en notre Midi ; c’est vrai que par ici

On n’a pas l’habitude ! On n’est qu’au mois de mai ?
On se croirait déjà au milieu de l’été !
Le printemps délicat, la saison qui sourit,
S’est fait blaquebouler par son frère-ennemi !

Mais où sont donc passés sa douceur si aimable,
Ses matins un peu frais, ce temps inoubliable
Passant du bleu au gris le temps d’un seul soupir ?

L’été tonitruant, vainqueur, s’est installé ;
Et le pâle printemps ne peut plus que gémir
D’être ainsi détrôné sans avoir pu régner.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire