Trop tôt…

Sonnet illustré par un tableau de :

Annie Rivière
www.atelieriviere.com

Il fait tout aussi chaud qu’en plein mois de juillet
Et l’on a même atteint les trente-trois degrés !
Dame Nature est folle et nous crée des soucis
Même en notre Midi ; c’est vrai que par ici

On n’a pas l’habitude ! On n’est qu’au mois de mai ?
On se croirait déjà au milieu de l’été !
Le printemps délicat, la saison qui sourit,
S’est fait blaquebouler par son frère-ennemi !

Mais où sont donc passés sa douceur si aimable,
Ses matins un peu frais, ce temps inoubliable
Passant du bleu au gris le temps d’un seul soupir ?

L’été tonitruant, vainqueur, s’est installé ;
Et le pâle printemps ne peut plus que gémir
D’être ainsi détrôné sans avoir pu régner.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.