Matin d’été

Poème illustré par un tableau de :

Jacques Testa
www.tableaux-testa.net

Le soleil-lion se lève au dessus de la mer.
Sa crinière enflammée est tout échevelée
Sur le Frioul doré liseré de lumière.
Voici que s’illumine un beau matin d’été

Où il fait déjà chaud. Agrippée à un pin
D’où sourd une résine odorante et gluante,
Une cigale crique. Et au fond du ravin
De la calanque bleue la mer est ondoyante.

Les rayons étoilés sont encor supportables ;
Tout en bas sur la plage un ado silencieux
Est tel une statue, pétrifié sur le sable
Pétillant sous le ciel immuablement bleu.

Soudain un geste sec, et il lève son fil
Avec au bout du scion un trait d’argent qui bouge :
Un poisson qu’il décroche avec ses doigts agiles
Et rend aux flots marine étincelés de rouge.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire