Massilia

 Poème illustré par :

Serge Fonteyn
http://pagesperso-orange.fr/serge.fonteyn/

Ca faisait si longtemps : des mois qu’ils naviguaient !
Leurs yeux étaient brûlés et leurs bras fatigués
D’avoir ramé si fort pour trouver une terre
Qui leur soit accueillante, enfin hospitalière !

Et ils ne songeaient plus qu’au sol de leurs aïeux
Quand soudain le miracle : une calanque bleue
S’enfonçant longuement au plus profond des terres,
Caressée par la brise et baignée de lumière ;

Et des gens bienveillants sans idées belliqueuses
Qui les invitaient tous à leur table joyeuse ; 
Des arbres somptueux à l’ombre toute douce
Pour les corps harassés allongés sur la mousse ;

Alors le fier Protis hurla sa joie aux Dieux
Tant le Ciel lui semblait favorable en ces lieux.
Le hâvre était trouvé et le Port idéal !
Il venait d’aborder en terre provençale,

Destin au goût de miel après un sort ingrat !
Ils s’installèrent donc, fondèrent Massalia
Peu après que le roi eût accordé Gyptis
Au marin Phocéen. Une vie toute lisse

Commença sur les bords du fleuve Lacydon…
Deux mil six cents années ! Mais le temps n’est pas long
Qui fit de Massilia notre belle Marseille.
Et là-haut, tout là-haut, c’est le même soleil !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire