L’école

C’est une minuscule école
Comme hélas ! il n’y en a plus ;
Comme s’il était superflu
De participer à l’envol

De tout-petits vers l’âge adulte !
Elle est au centre d’un village
Encor endormi et bien sage
Loin de la ville et du tumulte.

Il y a vingt et deux élèves
Et leur maîtresse est si jolie
Que quand on les tire du lit
Ils sont tout contents et se lèvent

Sans fulminer. Ils sont heureux
De retrouver leur chère classe
Qui sent la vieille paperasse
Et peut-être encor l’encre bleue.

En été ils vont dans la cour
Protégée par un grand platane
Où des cigales mélomanes
Crissent toutes folles d’amour.

Ils crient fort et leur accent chante
Sur la garrigue aux alentours.
Pérenne école de toujours
Et dont leur enfance s’enchante !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire