Le restaurant

Poème illustré par une peinture de :

Eric Bruni 
www.liensutiles.org/ebruni.htm 

Ce soir l’été est doux et la mer est si belle
Qu’on en a profité pour dîner aux chandelles
Dans un petit troquet tenu par des pêcheurs.
Bouillabaiss(e )? Fruits de mer ? Rien qui ne soit bonheur.

Sur la mer assombrie sautillent des lumières,
Et la lune y a peint une large rivière
Qui se fraie un chemin sur l’onde bleu-marine.
Tout le monde s’est tu pour goûter la divine

Impression d’une intense et pure perfection.
Une immense harmonie, plus aucune tension
Qui s’en vienne brouiller ce tableau idéal !

Et même les patrons au caquet infini,
Saisis par cet instant presque phénoménal,
Ecoutent silencieux le chant bleu de la nuit.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire