Le restaurant

Poème illustré par une peinture de :

Eric Bruni 
www.liensutiles.org/ebruni.htm 

Ce soir l’été est doux et la mer est si belle
Qu’on en a profité pour dîner aux chandelles
Dans un petit troquet tenu par des pêcheurs.
Bouillabaiss(e )? Fruits de mer ? Rien qui ne soit bonheur.

Sur la mer assombrie sautillent des lumières,
Et la lune y a peint une large rivière
Qui se fraie un chemin sur l’onde bleu-marine.
Tout le monde s’est tu pour goûter la divine

Impression d’une intense et pure perfection.
Une immense harmonie, plus aucune tension
Qui s’en vienne brouiller ce tableau idéal !

Et même les patrons au caquet infini,
Saisis par cet instant presque phénoménal,
Ecoutent silencieux le chant bleu de la nuit.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.