Le déménagement

Eh bien oui ! L’on va tout quitter :
Le soleil si tonitruant,
Les fleurs, la mer et les cyprès
Et si souvent, le vent, le vent !

Ce bon vieux et foutu mistral
Qui sait rafraîchir nos étés
Quand assourdis par les cigales,
On a peine à bien siestiner .

La maison n’a plus l’air de rien,
Il n’y a plus que des valises.
Coeur contre coeur on se soutient :
Pourquoi cette énorme bétise ?

Le chagrin nous point sourdement :
Bon sang, mais qu’avons-nous donc fait ?
Puis soudain c’est un hurlement :
On redéfait tous les paquets !

Tant pis si c’est de la folie,
Si notre avenir est là-haut !
Nous restons dans notre Midi.
De la déraison ? Peut nous chaut !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.