La mer assoupie

Poème illustré par :

Josette Mercier
www.josettemercier.ch

 Il fait tiède ce soir. Le soleil-escarboucle
Va plonger dans la mer piquetée d’émeraude ;
L’eau à peine fripée par le vent en maraude
Virevolte et ondoie, danse, tournoie et boucle.

La Méditerranée peut ainsi être douce,
Tout simplement ridée comme un tissu froissé.
Sur l’horizon foncé des grand’voiles ocrées
Se découpent aiguës dans la lumière rousse.

Une vaste mouette a plongé du ciel sombre
Vers les flots bleu marine, et le soleil qui sombre
L’éclabousse de cuivre. Elle pousse un grand cri

Qui rebondit sur l’eau comme un rire tragique.
L’ombre efface en douceur les innombrables plis
De la mer assoupie clapotant dans la crique.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire