La Lycastre

 Poème illustré par :

Dubois-Gérard
www.dubois-gerard.com

La mer est déchaînée. La tempête fait rage
Qui brise un grand vaisseau sur d’énormes rochers.
Mais tous ne sont pas morts : un jeune homme surnage,
Luttant contre la mer qui cherche à le noyer.

Les gens de Porquerolles se sont tous assemblés
Et deux grands pêcheurs roux ont détaché leur barque
Pour s’en aller quérir le pauvre naufragé.
L’attrapant aux cheveux prestement ils l’embarquent …

C’était un chevalier revenant d’Orient
Qui comprit aussitôt en voyant leur tristesse
Que tous ces braves gens avaient un grand tourment.
Il voulut partager leur immense détresse

Et mit à leur service sa lance et son épée
Pour les remercier de l’avoir secouru.
Il leur demanda donc ce qui les angoissait
Et ils le lui montrèrent : de son long étendu

Un monstre épouvantable qui dormait sur la plage,
En train de digérer ceux qu’il avait mangés.
L’homme força les gens à quitter le rivage
Et puis il se rua, brandissant son épée.

Un premier coup d’abord, un cri abominable !
La Lycasre bondit et déjà s’élançait
Quand un deuxième coup dans sa gueule effroyable
La vida de son sang, la vainquant à jamais.

Comprenant tout à coup que sa grande bravoure
Avait failli le perdre, le fringant Croisé
S’évanouit de peur. Une belle pastoure
Lui donna un baiser pour le revigorer.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Contes, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.