Fin septembre

Poème illustré par :

Robert Esnay
www.robert-esnay.com

C’est un aigre matin du début de l’automne,
Premier accent aigu du futur mauvais temps !
Peu à peu le jardin asséché vire au jaune,
Balayé ci-et-là par des quintes de vent.

Les feuilles et les fleurs roussissent. Le soleil
Semble tout rétréci sur le ciel qui pâlit.
Le jour est comme usé, plus tout à fait pareil
A la lumière drue qui pleuvait à midi

Il y a seulement encor quelques semaines.
Aujourd’hui il fait frais ; j’ai même ressorti
Un tee-shirt bien douillet et un pull fin, en laine !
J’anticipe le pire, et je n’ai pas envie

Que reviennent ces nuits qui n’en finissent plus
Et ces jours courtichons où l’on n’ose sortir !
Ce matin il fait froid, on dirait qu’il a plu !
Septembre languissant est en train de mourir…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire