Exil

Poème illustré par :

Lionel Spani
www.lionel-spani.com

Il vient ici tous les matins :
Vieux retraité il a le temps
Et il s’asseoit sur un vieux banc
De la rue Centrale à Peypin.

Il est tout seul : pas de famille !
Venu ici il y a trente ans
Pour nourrir moult et moultes gens
Restés là-bas en Algérie,

Il a oublié le chemin
Du retour et de sa vraie vie.
Il vivote, il va, il survit,
Il n’a plus son destin en main

Et il n’a même pas d’amis.
Mais il n’a pas eu le courage
Comme l’aurait fait un vrai sage
De s’en retourner au pays.

Encor heureux qu’il ait ici
Trois cents jours tout  ensoleillés !
Le beau temps l’aide à supporter
L’exil, les regrets et l’ennui.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire