Barbentane

Poème illustré par :

Claude-Max Lochu
www.lochu.com

Surplombant Barbentane* une colline bleue
Avec deux grandes croix, où de nombreux fidèles
Affluaient pour prier. Pas beaucoup de messieurs !
A la croix Saint Julien, c’étaient des damoiselles

Au coeur pur et confiant qui cherchaient un mari ;
Elles pélerinaient , priant toutes en choeur
Pour être tout là-haut quand sonnerait midi :
Foncière condition pour trouver l’âme soeur.

Mais la croix de Jeunesse était beaucoup plus sombre.
N’y venaient à minuit que de mauvaises femmes
Aux horribles pensées et qui rôdaient dans l’ombre
Pour y perdre sans foi et leur coeur et leur âme

Car elles désiraient que mourût leur époux !
Si elles parvenaient à en toucher le bois
Alors que résonnait le tout douzième coup,
Leur voeu était sitôt exaucé par la croix

Qu’on appelle aujourd’hui encor la croix des Veuves !
Près de la Montagnette on conte maintenant
Que pas mal de nos soeurs lassées par les épreuves
Imposées par leur homme  en feraient bien autant !

* Poème offert à la ville de Barbentane

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.