Barbentane

Poème illustré par :

Claude-Max Lochu
www.lochu.com

Surplombant Barbentane* une colline bleue
Avec deux grandes croix, où de nombreux fidèles
Affluaient pour prier. Pas beaucoup de messieurs !
A la croix Saint Julien, c’étaient des damoiselles

Au coeur pur et confiant qui cherchaient un mari ;
Elles pélerinaient , priant toutes en choeur
Pour être tout là-haut quand sonnerait midi :
Foncière condition pour trouver l’âme soeur.

Mais la croix de Jeunesse était beaucoup plus sombre.
N’y venaient à minuit que de mauvaises femmes
Aux horribles pensées et qui rôdaient dans l’ombre
Pour y perdre sans foi et leur coeur et leur âme

Car elles désiraient que mourût leur époux !
Si elles parvenaient à en toucher le bois
Alors que résonnait le tout douzième coup,
Leur voeu était sitôt exaucé par la croix

Qu’on appelle aujourd’hui encor la croix des Veuves !
Près de la Montagnette on conte maintenant
Que pas mal de nos soeurs lassées par les épreuves
Imposées par leur homme  en feraient bien autant !

* Poème offert à la ville de Barbentane

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire