Ode à une jeune fille rousse

Poème illustré par un tableau de :
Edgar Maxence
(1871-1954)

Rousseur de ses cheveux dont les tons sans pareil
Evoquent l’or bruni prodigué par l’automne ;
Lourde tresse alezane éclaboussée de jaune
Comme ces arbres noirs au lever du soleil ;

Douceur de sa peau blanche et piquetée de roux,
Comme la terre l’est des pitoyables restes
Des feuilles arrachées par un mistral funeste
Aux arbres résignés ; adorable courroux

D’une douce ingénue confrontée aux dégâts
Infligés au jardin par le vent de novembre ;
Prunelles de ses yeux dont les chauds reflets d’ambre
Ardent* comme la robe auburn d’un Màlaga* ;

Puérile colère envers ce mauvais sort
Ayant fauché nos fleurs hier encor si jolies :
Tu es fille de l’automne, enivrante Aurélie,
Toi dont le cher prénom s’écrit en lettres d’or…

*Du verbe ardre : brûler
* Màlaga : vin espagnol

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Automne, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.